BangBang : bangbangblog.com

Musicologie

Sébadamus, Le Roi Poisson, Francis d’Octobre

Kevin Laforest
6 février 2010

Première virée scène locale depuis mon retour à Montréal.  Ça commence à la Casa del Popolo, plus précisément dans la nouvelle annexe ouverte depuis le mois dernier, où sont désormais présentés les shows.

J’y suis pour le premier 5 à 7 « band + poésie » du Festival Voix d’Amérique 2010, qui met en vedette Bernard Adamus et Séba (Gatineau) – j’ai décidé de baptiser Sébadamus leur union, naturelle comme tout. Certes, leurs styles musicaux peuvent sembler bien différents, mais ils dégagent le même genre d’énergie et ils ont une façon similaire de faire rimer joual avec poésie. Et puis d’emblée, le débit d’Adamus se rapproche souvent de celui d’un rappeur, non?

Avec MH MH MH au Moog, Benoit Paradis au trombone et Bernard lui-même à la guitare, Sébadamus ont alterné les compositions de l’un et de l’autre (surtout des  inédites dans le cas de Séba), en plus de jouer quelques reprises de Jean Narrache, Richard Desjardins et, surtout, de Lucien Francoeur, le père spirituel de Séba, Adamus et tous les autres Freaks de Montréal

Relativement bref, imparfait, mais franchement stimulant, ce spectacle nous a fait découvrir un son unique, situé quelque part entre le blues, le hip hop, le jazz et l’électro. Une formule des plus prometteuses qui gagnerait à être reprise. Aux Francos, peut-être?

Je me suis ensuite dirigée Rue Ontario!, pour la première soirée Révèle la Relève de 2010 à la Maison de la Culture Maisonneuve.  Le Roi Poisson y était pour casser une demi-douzaine de nouvelles tounes, en prévision d’un imminent retour en studio pour enregistrer un deuxième album qui pourrait paraître dès l’automne prochain.  On a avec joie joué les cobayes et apprivoisé ces nouvelles pièces aux influences ici prog, là Beatlesesques. Mention spéciale à L’urine des forêts, d’après un poème de Denis Vanier.

Par la suite, Francis d’Octobre s’est aussi attelé à casser des chansons, dans ce qui était apparemment son premier spectacle depuis le lancement de son disque Ma bête fragile.  Soyons indulgents, alors, mais j’avouerai quand même que les textes m’ont paru fades et les musiques, plutôt conventionnelles. Francis et son band ont clairement du talent, mais pour l’instant, je ne peux pas dire que j’accroche particulièrement. Meilleure chance la prochaine fois?

Pas encore de commentaire.

Musicologie

Kevin Laforest

Selon Wikipedia, la musicologie est “une discipline scientifique qui étudie les phénomènes en relation avec la musique, dans leur évolution et dans leur rapport avec l’être humain et la société.” Ouin. Ça, ou des critiques de disques, des entrevues avec des musiciens, etc.

À propos

RUBRIQUES